Professionnalisme et amateurisme

Profession : activité rémunérée et régulière exercée pour gagner sa vie
Amateur : personne qui se livre à une activité par plaisir

J’ai enfin compris pourquoi je préfère les amateurs aux professionnels. L’amateur aime, le professionnel « gagne sa vie ». Le premier est donc libre, libre d’aimer, de s’adonner à l’activité de son choix. Le second au contraire n’a pas le droit fondamental à la vie : il doit la gagner pour l’avoir ; et souvent il passera toute sa vie à la gagner, il serait alors plus précis de dire qu’il « survit », et non pas qu’il « gagne sa vie ».

Par un phénomène très classique, la valorisation s’est complètement inversée, puisque l’on  considère aujourd’hui le professionnel comme quelqu’un de compétent, donc valeureux, et l’amateur comme quelqu’un de moins compétent, donc moins valeureux.

Pour résumer :
le professionnel est à l’amateur ce que la prostituée est à l’amante : son temps et son argent occupent tant de place que l’amour ne peut plus s’épanouir.

D’ailleurs, « amateur » et « amant » ont pour racine « amour » ; et ne dit-on pas « professionnelle » pour « prostituée » ? Quant à l’amour, on à l’habitude de comprendre qu’il puisse manquer dans une relation sexuelle tarifée, mais à bien y réfléchir, ne manque-t-il pas autant dans toute autre relation tarifée ?